Avez-vous déjà lu des contes ? Vous allez me dire, oui quand j’étais enfant, j’en ai lu ou j’en lis encore à mes enfants, puis arrive un jour où les contes sortent de notre vie, sans qu’on en prenne vraiment conscience. Pourtant, quelle magie dans les contes, quels merveilleux messages à partager et à intégrer ! Tous les contes peuvent être lus à plusieurs niveau et quand on y réfléchis bien, une véritable sagesse se cache derrière les histoires pour enfants. 

Aujourd’hui, je vous propose de lire un conte qui a été reçu en canalisation par Nadège Gastaud. Nadège est une personne géniale qui s’est rendu compte il y a un peu plus d’un an qu’elle pouvait recevoir des messages des guides de Lumière. Et le plus merveilleux, c’est que ces messages prennent une forme particulière: ce sont soit des contes, soit des messages de fleurs -fleurs de Bach notamment. Comment en est-elle arrivée là, c’est très simple, elle a retrouvé la magie de l’enfant en elle, la magie de la joie, et aujourd’hui, elle le partage avec nous.

Ces contes, comme les messages de fleurs, sont des outils de guérison – de gai-rison comme elle préfère dire- c’est-à-dire qu’ils agissent directement sur votre âme et pansent ses blessures. Tous les mois, Nadège propose sur sa page Facebook  La joie d’être Soi  un « conte du mois » et tous les lundi le message d’une fleur. Elle vous propose aussi d’écrire un conte ou un message de fleur rien que pour vous, en réponse à une question ou non. Je vous assure que c’est très enrichissant. J’ai eu la chance de recevoir un conte, et j’ai la sensation des mois après, qu’il a toujours une signification très intime pour moi, qu’il vibre de mon énergie. C’est très surprenant. Si vous aussi vous voulez commander un conte à Nadège, c’est sur son site La joie d’être Soi.

Cette Semaine, je vous invite donc à lire le conte du mois de décembre, un conte qui m’a fait pleurer je l’avoue, mais qui est aussi porteur d’un grand espoir. Merci Nadège de nous offrir l’espoir en cette période de Noël !

« C’est alors qu’une petite fille courut vers sa maman pour lui dire qu’elle avait réussi son contrôle. Sa maman était fière d’elle. Cette petite fille était majestueuse et réussissait tout ce qu’elle entreprenait. La seule chose qui lui manquait dans sa vie était un papa et sa maman pensait que c’était probablement pour cela qu’elle faisait en sorte de tout faire bien. Soit pour ne pas être un poids pour elle, soit pour se rendre fier de lui où qu’il soit.

Notre petite fille s’appelait Elise et elle aimait beaucoup les bonbons. C’était bientôt son anniversaire et elle s’imaginait déjà tous les cadeaux qu’elle aurait de la part de ses amies et de sa maman bien sûr. Ses grands-parents comme à leur habitude apportait un bon gros gâteau. C’était un délice des yeux et un délice des sens en même temps. Chaque année ils réussissaient à la surprendre ce qui fait qu’elle savait que cette année encore elle recevrait un superbe gâteau en cadeau de leur part. Ils n’étaient pas très riches mais comme son grand-père était pâtissier, il aimait à lui offrir un gâteau que personne n’avait jamais réalisé avant. Un gâteau unique que lui seul pouvait faire…

Le matin de son anniversaire, Elise s’habilla toute heureuse. Sa fête d’anniversaire aurait lieu le mercredi suivant mais déjà elle était toute contente car sa maman lui donnerait son cadeau quand elle rentrerait de l’école. Est-ce que ça serait la maison de poupée qu’elle attendait tant ? Ou est-ce que ça serait la jolie petite robe qu’elle avait vu dans la vitrine de son magasin préféré de vêtements ? Celui qui habille les petites filles magiques comme elle l’était ? Tout cela lui avait donné de l’appétit alors elle descendit vite prendre son petit déjeuner. Elle savait que sa maman ne lui dirait rien alors elle ne chercha même pas à lui poser des questions. Au lieu de cela, elles blaguèrent toutes les deux. Et tout d’un coup, elle se dit que le plus beau cadeau qu’elle pourrait avoir, serait de voir sa maman heureuse, avec un nouveau papa pour elle. Elle aimerait tant avoir un petit frère ou petite sœur avec qui jouer. Du haut de ses 6 ans, elle était déjà grande mais elle pourrait aider sa maman à s’occuper du bébé et elle était sûre que ce nouveau papa serait gentil et fort pour les protéger toutes les deux.

Soudain, on sonna à la porte. C’était le facteur qui apportait un cadeau accompagné d’une lettre. De qui cela pouvait bien venir ? Sa maman remercia le facteur puis revint dans la cuisine un peu abasourdie… Elise regardait sa maman et n’osait rien dire. Qu’est-ce qui lui arrivait ? Elle s’approcha de sa maman tout doucement pour tenter de lire ce qu’il y avait marqué sur le paquet. Il y avait marqué « pour Elise » donc le cadeau était pour elle, mais qui était cette mystérieuse personne qui pensait à elle en ce jour. Normalement, elle ne devait pas recevoir d’autres cadeaux que ceux de sa maman et de ses amies. Elle se leva sur ses petits pieds tout doucement et lu : « pour Elise de la part de papa ! » Elle n’en crut pas ses yeux ! Il y avait bien écrit papa ? Elle savait tout juste lire mais elle avait bien déchiffré les deux syllabes simples qui étaient écrites sur l’enveloppe.

Sa maman, elle, ne bougeait pas. Elle ne savait plus quoi faire. Elle ne comprenait pas. Son mari était parti il y a bien longtemps, juste après la naissance d’Elise pour ses affaires et elle n’avait plus eu de nouvelles. Elle avait pensé qu’il l’avait quittée et n’avait même pas cherché à le faire rechercher. Elle était là, avec cette enveloppe dans les mains et le cadeau… qu’en faire ? Elise prit le cadeau et le posa sur la table et fit asseoir sa maman.

« Maman ? » lui dit-elle ? « Est-ce que ça va ? »

Sa maman ne la regardait pas et on pouvait deviner aux coins de ses yeux les larmes qui montaient petit à petit.

Elise prit la lettre des mains de sa maman et entreprit de l’ouvrir. « Elle pourrait la lire… » se disait-elle.

Elle commença à déchiffrer les mots qui étaient écrits sur la lettre tout doucement. Son papa était en ville et il voulait la rencontrer. Il s’excusait de son absence et de tout le mal qu’il avait dû faire à sa maman mais il n’avait pas pu donner d’explications à son départ car c’était une question d’Etat ! Maintenant la question était réglée et il pouvait revenir auprès de sa famille. Et il espérait que sa femme l’accepterait à nouveau dans sa vie si la place n’était pas déjà prise. »

Elle n’avait que 6 ans mais elle comprenait bien les enjeux que cela comportait. Son papa allait revenir à la maison. Elle allait faire sa connaissance enfin et ils seraient une vraie famille, si sa maman acceptait de lui pardonner. Elle posa la lettre sur la table et alla s’asseoir sur les genoux de sa maman. Elles restèrent longuement blotties l’une contre l’autre. Elise rata même l’école car sa maman ne se sentait pas de l’y emmener.

« Maman ? »

« Oui ma chérie ! » réussit-elle à dire, la voix chevrotante.

« Est-ce que papa va revenir ? »

Sa maman lui répondit du fond du cœur : « Oui ma chérie, papa va revenir à la maison ! ».

« Quand ça ? Je n’ai pas réussi à le lire sur la lettre ! »

Sa maman prit la lettre et la lut à son tour. Quand elle eut fini. Ses larmes avaient fini de couler et elle lui dit.

« Viens, nous sortons. »

« Où allons-nous maman ? »

 

 

Sa maman ne lui répondit pas mais elles marchèrent un certain temps. Tous les bus passaient à côté d’elles mais sa maman marchait toujours et encore déterminée à aller manifestement à un endroit bien particulier. Elise ne disait rien. Et elle donnait la main gentiment à sa maman, la laissant la guider dans le froid et la neige. Soudain, elles arrivèrent à l’entrée du parc à l’autre bout de la ville. Un homme se tenait près du lac qui était gelé. Elles se dirigèrent toutes les deux vers lui. Il était de dos et il ne les vit pas arriver. Elles restèrent longtemps là derrière lui sans rien dire. Elise se demandait bien ce qu’il se passait. Etait-ce lui son papa ? Pourquoi est-ce que ça maman ne disait rien ? Elle se risqua à demander.

« Maman ? »

Et en entendant la voix de la petite fille, l’homme se retourna. « Qu’il était beau » se dit Elise. Il regarda sa maman, puis Elise et il lui sourit tout en prenant la main de sa maman en même temps. Elise vit que sa maman se laissait faire et il s’agenouilla devant elle en lui disant :

« Bonjour ma petite Elise. Que tu es jolie. Je suis ton papa. Et si tu veux bien, je resterai avec vous pour toujours. »

Elise regarda sa maman qui était très émue. Elle cachait ses larmes mais Elise sentait que sa maman était à la fois heureuse et triste de tout ce temps passé seule sans comprendre ce qui avait pu faire fuir son époux. Elle avait l’air apaisée maintenant alors Elise s’avança vers son papa et se blottit contre lui.

« C’est bien vrai ? »

« Oui ma chérie. » répondit son papa.

« Tu sais quoi ? » lui dit-elle. « Tu es le plus beau cadeau d’anniversaire que j’ai jamais eu ! »

Et son papa fondit en larmes dans les bras de sa petite fille. Quand il fut apaisé. Il se releva et ils partirent tous les trois, main dans la main vers leur maison.

« Me pardonneras-tu… ? » demanda-t-il à sa femme.

« Oui… » lui répondit-elle.

Et dans le froid de l’hiver, c’est en famille heureuse et enfin réunie qu’ils rentrèrent chez eux !

La morale de cette histoire c’est qu’il ne faut jamais renoncer à ses rêves, jamais abandonner et garder l’espoir qu’un lendemain qui chante viendra vous apporter ce dont vous rêviez depuis longtemps même si ce n’est pas de la façon dont vous vous y attendiez. Laissez la vie vous surprendre et vous guider. Elle sait où vous devez aller… »

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !