Les histoires d’Alakawa

 

Je vais te partager une histoire de ma tribu.

Un jour advint qu’un jaguar vint rôder autour de ma tribu. Les guerriers voulaient l’éloigner, voire le tuer, mais le Vieux Sage les en empêcha. « Mais pourquoi ? demandèrent-ils. Devons-nous attendre qu’il nous blesse ou tue l’un de nous pour agir ? » Le Vieux Sage ne répondit pas, mais il refusa tout net qu’on lui fasse le moindre mal. Même s’ils ne comprenaient pas ses motivations les guerriers respectaient le vieil homme et se contentèrent de surveiller la bête.

Le jaguar, lui, restait toujours à une certaine distance du village, ne s’en approchant jamais, mais toujours dans le champ visuel des guerriers. Cela dura une saison, puis il disparut.

L’année suivante, à la même époque, le jaguar revint. Il resta dans les environs du village, sans jamais s’en approcher et de nouveau le Vieux Sage interdit aux guerriers de s’en occuper. Et ainsi trois années de suite. La Quatrième année, alors que les guerriers attendaient l’arrivée du jaguar, celui-ci ne vint pas. Après maints et maints palabres, les guerriers décidèrent de partir à sa recherche. Ils envoyèrent les meilleurs d’entre eux et comme le Vieux Sage ne leur dit rien, ils s’engagèrent à sa piste. En vain.

Par contre, quelle ne fût pas leur surprise en découvrant en chemin une tribu ennemie depuis longtemps oubliée. Les guerriers les avaient chassés de leurs Terres il y avait bien longtemps et voilà qu’ils revenaient. Etant les meilleurs guerriers de leur tribu, ils étaient prêts à les chasser de leur territoire sans plus attendre. Pourtant quelque chose les retenait. Comme si le vieux sage leur soufflait d’attendre et d’observer. A l’abri des regards, ils observèrent leurs ennemis. Ce n’était pas des guerriers. Il y avait des femmes, des enfants, toute la tribu au grand complet, sauf les guerriers. Mais que se passait-il ? Pourquoi déplacer toute une tribu dans un territoire ennemi ? Ils dépêchèrent un messager vers leur chef et le Vieux Sage. Celui-ci ne leur dit qu’une chose : « patience ». La réponse viendra d’elle-même.

Le fait est que la tribu, après quelques jours de pause, repris son chemin et disparut de leurs Terres. Soulagés, les guerriers reprirent leur quête du jaguar, et enfin ils le trouvèrent. Cela les rendit vraiment joyeux, mais en même temps tout penaud. Et maintenant, que devaient-ils faire ? Ils se demandaient quel était le sens de tout cela. Ils retournèrent voir le Vieux Sage et l’interrogèrent.

« Vous êtes des guerriers, fiers et forts. Vous avez reconnu la force du jaguar puisque vous le considériez comme un ennemi à abattre. Et pendant tout ce temps où vous l’observiez, vous avez appris. Ainsi, lorsque vous avez rencontré nos ennemis, vous avez agi en jaguar. Observer et attendre. Si le jaguar vous avait attaqué, vous auriez été prompts à le tuer. Il le savait. Lui aussi vous observait. Pareil pour nos ennemis. Ils vous savaient là, prompts à attaquer et sont partis d’eux-mêmes. Parfois, reconnaître qu’une bataille n’est pas utile prouve plus votre valeur et votre bravoure que la bataille elle-même. C’est l’enseignement du jaguar. »

Forts de cette nouvelle compréhension, les guerriers remercièrent le Vieux Sage pour cet enseignement, se demandant s’il n’avait pas convoqué lui-même l’esprit du jaguar pour les enseigner. Toujours est-il que depuis ce jour, les guerriers de ma tribu se nomment eux-mêmes les hommes-jaguars.

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !