Récemment, j’ai aidé une amie à déménager. Je vous passe les détails des cartons et de l’état de mon dos, ce n’est pas le sujet 😉 Nous étions 3 femmes à la langue bien pendue et nous n’avons pu nous empêcher de médire (soyons honnête) lorsque notre collègue est partie alors que nous sortions le matériel de ménage. Elle a dû passer 5 minutes l’aspirateur, puis prendre une clope, puis nous dire qu’elle allait chercher le meuble qu’elle voulait donner à la nouvelle locataire ! Bien sûr nous nous sommes empressées de nous moquer d’elle.

Mais tout de même, elle était venue, sa voiture nous avait permis de faire un aller-retour de moins, elle a porté cartons et meubles (surement autant que moi) et elle donnait un meuble ! Alors pourquoi tant de remarques désobligeantes ? Nous avons même douté qu’elle reviendrait avec le meuble avant notre départ. J’avoue que je ne suis pas fière de moi, même si ce jugement n’est pas plus utile que l’autre.

Pourquoi je vous raconte tout cela ? Ce n’est qu’une anecdote mais elle est révélatrice du comportement de beaucoup de gens. Nous sommes formatés pour la critique et le jugement bien souvent par notre éducation, par le cursus scolaire, par les médias, les religions etc… Nous pouvons trouver plein de « bonnes raisons » qui nous poussent à juger.

Et moi la première j’ose le dire, quand je croise quelqu’un, je peux penser « il est gros » « elle est mal habillée » « quelle coiffure ! » et pourtant ne vaudrait-il pas mieux que je le regarde comme un être humain avec un cœur, une âme et un esprit, au lieu de m’arrêter à sa simple apparence ?

Personnellement je trouve cela difficile, du moins en première intention. J’essaie de me reprendre en général pour voir plus loin. Mal habillée ? ce n’est qu’une question de goût ; gros ? en est-il moins gentil, ou moins honnête ? qu’est-ce qui me semble le plus important ? elle fuit le ménage ? ou peut-être ne se sent elle pas à la hauteur se sachant entourée de professionnelles du métier (nous l’étions…)

Il est important de trouver un autre point de vue pour notre regard, d’oser prendre du recul pour ne pas s’arrêter à un faux sentiment. Nous avons tendance aux jugements rapides et souvent erronés. Cette jeune fille a sans doute eu raison de ne pas poursuivre le ménage si elle ne se sentait pas de le faire. Par contre elle est allée là où elle se sentait utile et efficace, à savoir ramener un meuble.

Pour finir, la première personne que nous pouvons apprendre à ne pas juger, c’est nous même ! Je vous propose un petit exercice pour cela :

Observez ce magnifique visage de Marlène Dietrich. Regardez à quel point l’ombre est utilisée pour mettre en valeur la finesse de ses traits et la volonté de son regard. L’ombre met en valeur la lumière. Cette photo est le reflet de ce que je souhaite expliquer : nous sommes tous ombre ET lumière, pouvez-vous accepter cela ? Vos qualités et vos défauts font de vous ce que vous êtes, c’est-à-dire un être de lumière incarné qui expérimente. Et c’est cet ensemble qui fait votre beauté.

Englobez tout ce que vous êtes, vos parts d’ombre et de lumière, et unifiez-les en vous ; vous méritez d’être aimé pour tout ce que vous êtes. C’est ce dont nous avons tous envie en réalité, alors faites-vous le cadeau de vous aimer.

C’est là toute la signification du proverbe « charité bien ordonnée commence par soi-même ». Nous ne percevons des autres que le reflet de nous-même ! et nous ne jugeons souvent que par peur d’être jugés.

Alors soyons attentifs ensemble !

Que la Lumière nous accompagne pas à pas !

Vous pouvez me suivre sur ma page Facebook en cliquant ici