La libellule et la dragonne

La libellule et la dragonne

Réponse aux questions posées pour le 7 août:

Mes chers enfants. Vous vous inquiétez. Cela semble légitime dans certains cas, on ne sait jamais ce que le futur nous réserve. Sachez que nous, Anges, vous accompagnons à chaque pas si vous le demandez. Nous serons toujours présents tant que vous nous accueillez dans vos vies.

Vos demandes aujourd’hui sont nombreuses et diverses et nous vous en remercions. Nous allons répondre à chacun dans votre cœur en vous partageant cette histoire.

Il était une fois une petite libellule nommée Rémi qui s’inquiétait de son avenir. Surprenant pour une libellule me direz-vous, n’est-elle pas censée voler, manger, se reproduire? Mais voilà, ce n’était pas une libellule comme les autres. Elle avait conscience qu’elle pouvait donner un sens à sa vie. Mais que faire quand on est libellule pour réussir ce challenge ? Elle essaya bien d’en parler autour d’elle au gré de ses rencontres en demandant à chacun quel était le but de leur vie. « Faire du miel » lui répondit l’abeille, « déployer mes ailes de papillon » lui dit la chenille, « voler, manger, me reproduire » lui dit encore la guêpe. Tous semblaient d’accord que cette question n’avait pas beaucoup de sens et Rémi se sentait perdu. Pourquoi était-il le seul à se poser ce genre de question ? C’était venu d’un coup, un matin, au lever du soleil. Il s’était senti tellement bien à sentir la chaleur sur ses ailes que soudain il en voulu plus. Il se dit qu’il voulait vivre chaque instant de sa vie aussi intensément que ce matin là, avec le même bonheur au cœur.

Alors pour trouver ce bonheur, il décida qu’il lui faudrait une compagne, une belle libellule qui lui soit fidèle. Il ne voulait plus s’accoupler au gré de ses rencontres, il voulait quelque chose de plus, un sentiment qu’il n’arrivait pas encore à définir. Mais il faudrait aussi que dame libellule veuille donner un sens à sa vie, comme lui. Alors à chaque femelle qu’il rencontrait, au lieu d’entamer avec elle une danse de séduction, il lui parlait de la chaleur du soleil sur ses ailes ce matin là, de l’importance d’être heureux et comment le rester tout sa vie de libellule. Mais clairement ces dames n’étaient pas très réceptives. A partir du moment où elles comprenaient qu’il ne s’accouplerait pas avec elles, elles le dédaignaient et le plantaient là avec ses rêves incompréhensibles. Rémi pensa baisser les ailes, renoncer à ce rêve mais il ne voulait pas abandonner l’idée du bonheur. Il en était là de ses réflexions quand il se retrouva face à une immense dragonne d’eau. La bête était énorme par rapport à lui, mais il perçut qu’elle le regardait d’un œil doux et profond. Rémi se posa sur une feuille non loin d’elle et lui rendit son regard. « Quelle drôle de rencontre » songea-t-il.

Soudain, il entendit la voix de la dragonne dans sa tête. Les animaux communiquent plutôt par images et même s’il savait cela possible, son premier réflexe fut de fuir. La dragonne se tut et attendit, toujours posant sur lui ce regard apaisant. Alors il se raisonna. Cet animal, même énorme, était végétarien, il le sentait. Il ne risquait rien. Ce n’était pas un oiseau ou un prédateur. Mais cette voix ! Elle était tellement grave et profonde qu’il s’était senti vibrer de la tête jusqu’au bout de ses pattes.

« Bonjour, lui dit la Dragonne lorsqu’il fut revenu sur la feuille. Je m’appelle Eludil. Tu me sembles bien perplexe pour une libellule. Que t’arrive-t-il ?

Rémi la regarda, interdit. Comment savait-elle ce qu’il se passait dans son esprit ? Comment avait-elle pu sentir ses doutes et ses peurs, elle, la dragonne que rien ne devait effrayer ? Il réalisa soudain qu’il la regardait la gueule ouverte et il saisit un éclair d’amusement dans le regard d’Eludil. Il se reprit, essaya de trouver une pose qui le mettait en valeur et lui répondit :

« Bonjour Eludil, je m’appelle Rémi et je cherche le bonheur.

– Quelle merveilleuse quête, lui répondit-elle. Et où le cherches-tu, ton bonheur ?

– Et bien… » hésita-t-il un peu gêné. Il se demandait ce que la dragonne penserait de son idée de la fidélité. « J’aimerais trouver une compagne libellule qui me ressemble, voir mes petits grandir et leur apprendre ma façon de voir la vie.

– Ça alors ! Tu es la première libellule que j’entends réfléchir ainsi. Et pourtant j’en ai vu des libellules en mille ans d’existence. Comment en es-tu arrivé à te dire qu’il te fallait une seule compagne ? Ce n’est pas dans ta nature.

Rémi ne savait que répondre. Il avait toujours été observateur. Il avait ainsi remarqué que certains animaux était plus fidèles et l’idée lui avait plu. Il réalisa soudain qu’avoir une seule compagne toujours présente à ses côtés lui permettrait de ne plus devoir chercher à s’accoupler, de ne plus se demander s’il aurait la chance de trouver une femelle pour satisfaire ses besoins. C’était ça « le plus » qu’il voulait : ne plus avoir peur de ne pas trouver ce dont il avait besoin.

Eludil l’observait de son regard doux et profond, suivant avec intérêt les méandres de ses réflexions. Rémi s’en rendit compte. Il lui demanda:

– N’as-tu jamais peur, toi qui es si puissante et que rien ne peut arrêter ?

– J’ai des limites, comme tout le monde. Et j’ai eu peur autrefois. Lorsque nous étions en guerre avec les hommes, j’avais peur pour mes enfants, pour mon peuple. Je me demandais quel avenir la vie allait bien pouvoir leur réserver.

– La guerre avec les hommes ? interrogea Rémi. C’était donc vrai.

– Hélas, oui ! Et nous ne nous sommes plus que quelques dragons éparpillés de par le monde. C’était il y a bien longtemps, dans ma jeunesse. Et tous mes dragonneaux ont été tués.

– Mais c’est affreux ! dit-il la regardant, désespéré. Puis il ajouta : tu as des prédateurs toi aussi ?

– Notre race s’éteint. Je suis la dernière dragonne d’eau. Je voulais le bonheur moi aussi, pour moi, pour les miens. J’en voulais plus et je me suis jetée à corps perdu dans la bataille.Nous perdions du territoire et je voulais de l’espace pour mes petits. Je voulais qu’ils puissent vivre, manger et se reproduire en toute liberté. J’y ai travaillé d’arrache pied, y donnant toute mon énergie, mes crocs et mes griffes. Pour rien. Même pire: j’ai tout perdu.

– Mais alors, lui dit Rémi songeur, tu n’as pas trouvé le bonheur que tu cherchais ? Est-ce une quête vaine ?

– Oh si, j’ai fini par le trouver. J’ai passé un pacte avec les hommes pour avoir un territoire qui me convienne, qui ne les empêche pas de s’expanser comme ils le veulent et je crois qu’il ont fini par m’oublier. J’ai mis deux siècles à me remettre de mes blessures physiques et morales. Je n’avais plus rien à perdre, mais plus personne non plus à qui parler, avec qui jouer, folâtrer. Plus personne à aimer.

– Aimer ? demanda la libellule.

– Comme cette compagne fidèle que tu souhaitais. C’est de l’amour. Un sentiment qui te porte et t’enthousiasme. Un sentiment qui te fais sentir vivant. Si je l’avais compris plus tôt, je ne me serai pas autant battue.

– Pourquoi ? Ce n’était pas de l’amour de te battre pour les tiens ?

– Non, c’était de la vengeance, de la rage et du désespoir. Mais pas de l’amour. Ce que j’ai fini par comprendre, c’est que j’ai attiré cette situation de guerre. Je n’étais pas mauvaise, juste décalée de moi. Et à trop chercher ce bonheur dans ma descendance, dans la nourriture, dans la satisfaction de mes désirs, je suis devenue quelqu’un qui passe à côté de sa vie.

– Mais alors, où dois-je le chercher le bonheur ? S’il n’est pas dans le partage d’une vie avec une jolie libellule fidèle, dans la sécurité d’une nourriture abondante, dans la joie de voir ses petits grandir et envahir le monde, où est-il ?

– Dans ton cœur. Quand tu arrêtes de douter et que tu fais tes choix. Quand tu laisses la vie te guider. Quand tu laisses le soleil te réchauffer et les êtres qui te ressemble venir à toi.

– Tu crois qu’on se ressemble ? lui demanda Rémi. Cette idée était vraiment amusante, lui si petit et elle tellement immense.

– Oh oui ! On se ressemble. Moi aussi j’ai cherché ce « plus » dans ma vie. J’ai capté ça quand je t’ai vu et je me suis dit qu’en te parlant de mon expérience, je te ferai peut-être gagner du temps.

– Je te remercie, je vais réfléchir à tout ce que tu m’as dit. Est-ce qu’on pourra se revoir ?

– Je ne bouge plus trop de ce lac maintenant. Chaque fois que tu voudras me voir, viens te poser sur cette feuille et pense fort à moi, je sentirai ta présence.

– Merci Eludil, je suis vraiment touché que tu aies pris du temps pour moi.

– Cela m’a fait plaisir. Maintenant, je vais chercher de quoi manger, c’est un plaisir sans pareil de dénicher mes plantes favorites. A bientôt Rémi, prends soin de toi !

– A bientôt Eludil ! Et merci pour tout.

Et il s’envola. Eludil l’observa encore un instant. Son vol semblait un peu plus assuré, même s’il était encore perplexe. Quel drôle de petit être ! Si elle avait pu imaginer un jour philosopher avec une libellule, à coup sûr elle se serait traitée de folle !

Rémi, lui ne savait que penser. Mais il réalisa que la faim le tiraillait aussi se mit-il en chasse. Il prit un plaisir intense à pourchasser quelques mouches et fourmis volantes et réalisa soudain que s’il essayait de faire un élevage de mouche comme il l’avait imaginé un moment, jamais il ne pourrait prendre autant de plaisir ! Il en était là de ses réflexions quand une magnifique femelle s’approcha de lui. Il entama une danse de la séduction avec elle et un grand bonheur l’envahit quand ils s’accouplèrent. Il n’en revenaient pas. Il se sentait aussi bien que ce matin là, au soleil, en faisant exactement ce qu’il était censé faire, voler, manger et se reproduire. Mais pourquoi avait-il voulu plus ? Il se sentit apaisé. Il repensa à Eludil, vola au dessus du lac en rase motte – une sensation délicieuse décidément – et il pensa très fort : « Eludil, j’ai compris ! »

 

Les réponses à vos questions se trouvent là, dans la présence à ce que vous faites. Etes-vous totalement en accord avec qui vous êtes dans vos choix ou cherchez vous en plus car vous avez peur – de manquer, de ne pas bien faire, de ne pas être parfait(e) ? Que choisissez-vous de vivre et comment ? Faites confiance à la vie et chaque acte que vous poserez sera le bon, et chaque choix que vous ferez vous mènera dans la meilleure direction pour vous.

Je vous propose, moi, Ange Diri, de vous accompagner chaque jour de cette semaine puisque vous avez fait une demande particulière. Pour cela, appelez-moi le matin à votre réveil. Appelez-moi dans la journée si vous vous sentez en difficulté. Prenez trois grandes inspirations, posez-moi votre question, en rapport avec la demande initiale et je vous guiderai dans vos choix.

Souriez à la vie, remerciez de ce qu’elle vous offre chaque jour, même si un moment cela ne vous semble pas suffisant. Aidez-vous, aimez-vous !

Soyez bénis dans le cœur des Anges !

Ange Diri

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

5 jours avec Metatron

5 jours avec Metatron

 

Bien aimés enfants de la Terre. Votre voyage touche à sa fin. Vous êtes dans l’énergie du retour qui, même s’il prend du temps de votre point de vue linéaire, va vous faire sortir de la matrice inéluctablement. Soyez-en certains. Vos cœurs s’ouvrent et s’ouvriront de plus en plus. Votre belle Lumière intérieure éclatera au grand jour et vous verrez enfin ce monde idéal auquel vous aspirez prendre forme. Croyez en vous. Faites confiance à ce mouvement de la Vie en vous qui vous guide. Prenez le temps de vous aligner à cette remontée en puissance de votre divinité. Le brouillard dans lequel vous naviguiez à vue se dissipe progressivement et bientôt vous brillerez plus fort que vos étoiles dans le ciel. 

Je vous propose, pour les 5 prochains jours, du lundi 6 au vendredi 10 juillet, de vous connecter à votre cœur en m’appelant, Metatron, pour que je vous guide sur votre chemin intérieur. Vous n’avez rien à faire, juste à être présent à vous, le temps qui se présentera pour vous. Cela peut-être 5 min comme 1h, selon votre choix, sachez qu’ici le temps n’existe pas et ce que vous recevrez sera identique. Choisissez si possible toujours le même horaire. 

Sachez que nous vous aimons et vous accompagnons à chaque fois que vous le demandez. 

Toujours unis dans la prière, recevez la bénédiction d’Amour du Créateur. 

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

Un simple mot

Un simple mot

 

Mes chers enfants de la Vie, je vous salue ! 

J’aimerais vous parler de l’Amour qui inonde vos cœurs. C’est un trésor qui est en vous et que je vous invite à cultiver. Chaque mot en vous est important, je vous propose donc de les choisir soigneusement. De ces mots découleront vos pensées, de vos pensées découlera votre énergie et de là se créera votre vie. Que choisissez-vous de créer ? C’est le moment de vous poser la question. 

Un simple mot peut faire toute la différence. Alors si vous deviez n’en choisir qu’un, lequel serait-il ? Quel serait le mot le plus important de votre vie ? Prenez le temps qu’il faut pour trouver celui qui résonne le plus en vous, celui avec lequel vous vous sentez le plus en harmonie, totalement aligné. Quand vous l’avez trouvé, choisissez à quelles pensées vous voulez l’associer. Comme si le mot représentait le cœur d’une fleur et chaque pensée un pétale. Prenez le temps de choisir ce qui est important pour vous, de sentir les idées qui restent totalement en harmonie avec le mot de votre choix. Une fois ces pensées choisies, visualisez la tige de la fleur qui se plante profondément dans la Terre. Ainsi ce que vous avez créé en énergie pourra prendre forme dans votre vie. 

Sachez que vous réussissez toutes vos créations. Prenez conscience que chaque événement de votre vie est le résultat de vos mots, pensées, vibrations auxquels vous avez donné naissance le plus souvent inconsciemment. Quand vous avez la sensation que votre présent vous échappe, posez-vous, respirez et concentrez-vous sur ce simple mot qui vous harmonise. A partir de là, faites le choix de nouvelles pensées, de ces pétales qui vous font du bien. C’est le moyen le plus sûr de changer votre vie.

Pas à pas, ne faites plus de choix par défaut et créez ainsi la vie de vos rêves. 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

De nouvelles aventures

De nouvelles aventures

 

Mes chers enfants. Ce type de message touche à sa fin. Nous avons entendu la demande de Céline et allons bientôt partager avec vous de nouvelles aventures sous une autre forme. Les messages seront toujours issus de la Lumière du Cœur du monde, seule la forme changera.

Sachez une chose. Dans votre cœur nous vivons. Dans votre cœur vous pouvez nous rencontrer. Nous sommes toujours et définitivement liés à vous par l’Amour et par l’Unité de la Création tout entière. Nous, Anges, Archanges et toutes les hiérarchies Angéliques sommes là, à l’écoute de vos demandes. Nous vous aimons. Nous serons toujours disponibles pour chaque personne qui en fera la demande dans son cœur.

La nouvelle forme de communication que nous allons choisir avec Céline ne changera pas le fond de nos partages. Ce sera juste plus léger, plus ludique aussi. Nous reviendrons vers vous ici même une fois par mois. Si vous le souhaitez, nous répondrons à vos questions, pas personnellement, mais d’une manière générale pour que chacun sente la réponse dans son cœur. Pour poser vos questions, deux solutions: soit vous écrivez à Céline, soit vous la posez dans votre cœur. Soyez alors assurés que vous obtiendrez votre réponse. C’est une demande que nous les Anges formulons à Céline, pour garder ce canal actif. Elle n’a pas trop l’habitude de ce genre de travail, bien qu’elle le fasse régulièrement en consultation et même parfois dans sa vie quotidienne sans forcément en avoir conscience.

En dehors de ces contacts, nous allons entamer avec elle une aventure d’écriture d’histoire, de contes et de légendes pour illuminer vos cœurs et vous guider en douceur vers le centre de votre être. Laissez-vous doucement bercer par les aventures que vous découvrirez. Cela va nous demander- enfin cela va demander à Céline – un peu de préparation. Nous vous retrouverons tranquillement à l’été pour démarrer ce nouveau cycle. Dans l’attente de notre prochaine rencontre ici ou sur un autre blog peut-être, nous vous restons unis de cœur à cœur.

Soyez bénis dans la Lumière du Créateur.

L’ange Diri pour le Chœur des Anges

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

Simplicité et légèreté

Simplicité et légèreté

 

Bonjour les jeunes du Nouveau Monde ! A vous qui choisissez de créer un monde d’amour et de respect, j’adresse ce message en toute simplicité. Je vous aime ! Vous êtes l’avenir et le développement de l’humanité en créant votre instant présent le plus simple possible. 

Dans votre histoire, pas de complication, allez à l’essentiel, là où votre cœur rayonne, là où la joie vous appelle et toute votre vie s’en trouvera transformée. Si votre vie semble se compliquer, si les événements que vous croisez sur votre route vous semblent trop alambiqués, cherchez une route de moindre résistance. Pas besoin de culpabiliser ou d’avoir honte de chercher la simplicité. Dans votre coeur, tout est simple. Regardez le monde avec le regard de votre cœur. Montrez autour de vous comment vivre en harmonie avec son être et tout se simplifiera autour de vous. Vous rayonnerez la simplicité (sourire).

Si vous ne savez pas comment quitter un chemin compliqué pour un chemin plus simple, faites vous aider. Commencez par vous connecter à votre cœur chaque matin comme cela vous a déjà été expliqué, puis laissez-vous guider. Votre coeur est la Lumière intérieure qui vous montre la voie. Il est toujours là, cette Lumière est toujours allumée, active, alors ne l’enfouissez pas sous vos questions et vos excuses. Il n’y a que votre doute pour l’assombrir. Pas les autres ou un mal ou diable quelconque, juste le doute. Vous êtes le maître à bord qui décide de laisser briller la Lumière ou non. Je le répète, connectez votre coeur à votre conscience le plus souvent possible et si vous n’y arrivez pas seul, faites-vous aider pour commencer. 

Les Anges sont toujours présents à vos côtés pour peu que vous demandiez de l’aide. Pas besoin de connaître nos noms, nous avons une manière bien à nous à nous présenter par notre énergie. 

Vous sentirez aisément que je ne suis pas Diri en lisant ce message. Mon énergie est Joie. C’est ce que je rayonne vers vous aujourd’hui, ainsi que la voie de moindre résistance. Je suis comme le ruisseau qui coule joyeusement et légèrement entre les rochers. Votre demande va attirer l’ange qui a l’énergie utile pour vous. Alors demandez et dans un élan d’amour, nous vous répondrons. 

Je vous salue dans la joie et la légèreté !

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

Vous êtes en Vie

Vous êtes en Vie

Crédit Photo: Alison Gallego

 

Bonjour enfants de la Terre. Je vous salue depuis cet Espace incommensurable où je me trouve, l’Etre. Je viens vers vous avec deux nouvelles, deux informations capitales dont vous avez l’air de douter ces derniers temps. 

 

D’abord, vous êtes en Vie. C’est quelque chose d’assez fabuleux pour le signaler, mais vous ne semblez pas en être conscient. Chacune de vos cellules respire la vie et vous maintient dans la danse de l’incarnation. C’est fabuleux. Une merveilleuse magie. Qu’attendez-vous pour fêter cela dignement ? Parce que oui, la Vie se fête, elle s’honore, elle se préserve joyeusement, avec amour et tendresse. Cela devrait être votre première mission: vous occuper de votre vie comme d’une souveraine. Je ne vous dis pas d’aller sauver toutes les espèces en voie de disparition, ni de vous accrocher à un arbre de la forêt Amazonienne, mais bien de vous occuper de l’être que vous êtes, incarné sur cette Terre et qui a besoin de toute l’attention du monde pour reconnaître qu’il est en Vie à chaque instant. 

La deuxième information capitale à côté de laquelle vous passez, perdus dans les méandres du vieux monde: vous vivez une époque capitale ! L’époque du retournement. Le Retour de la Conscience vers la Source, enrichie de toutes ses expériences vécues. Beaucoup d’entre vous ont choisi cette époque pour vivre ce moment incroyable et vous voilà pris dans les turbulences d’une humanité qui a oublié qui elle était. 

Alors je vous le dis et vous le redis, centrez-vous dans votre cœur, vos pieds bien ancrés dans le sol et laissez naître sur vos lèvres le sourire de la Vie, celui qui vous guidera dans les tumultes de ces événements. Gardez dans votre cœur la certitude que « la machine » est en route et quelles que soient les tribulations du vieux monde, suivez votre voie. Époussetez juste vos épaules de temps en temps. A partir du moment où vous avez fait le choix de rentrer, soyez assurés d’être guidés et rien ne pourra l’empêcher. 

 Soyez bénis dans la Lumière des Anges ! Ange Diri 

 

 

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !