Celle qui parle à ses proches

Celle qui parle à ses proches

 

Celle qui parle à ses proches.

Je suis celle qui parle à ses proches. La femme médecine de l’inter-reliance. Vous pouvez faire appel à moi quel que soit votre problème de relation ou de compréhension avec ce qui vous entoure. Je suis là pour vous montrer le chemin qui mène à la Vie, à la compréhension de qui vous êtes, de ce que vous êtes devrais-je dire, en écoutant votre rythme propre et en vous apprenant à vous y accorder. En vous connectant à ce rythme, vous vous reliez à la force de la nature, à ce qu’il y a d’entraînant en elle. Vous vous reliez aussi à sa sagesse et à sa formidable connaissance. Imaginez pouvoir apprendre de chaque être vivant ce qui l’anime et ce qu’il a enregistré comme savoir, savoir-faire et savoir-être. Et cela sur des éons et des générations de transmissions…

C’est le cadeau de celle qui parle à ses proches. Son apprentissage et sa transmission.

Je suis là dans chaque rencontre, chaque instant d’être et de partage volé au temps. Chaque échange que vous vivez en conscience vous permettra de connaître vos proches comme moi-même je les connais. Cela peut prendre un instant, comme l’éternité, mais au moment où vous entrez en relation, vous découvrez, avec son accord, l’Univers de votre proche, vous êtes réellement en relation avec lui. Peut-être ne vous en montrera-t-il qu’une bribe de son être, peut-être y aurez-vous accès entièrement. Peut-être aussi n’oserez-vous pas accueillir ce don que votre proche vous fait. Ouvrez grand votre cœur à la Vie, plus vous vous ouvrez à elle, plus ses merveilles vous apparaîtront. Une fois que vous aurez compris le grand rythme de la Vie, rien ne vous sera impossible. Vous ferez Un avec la création, vous serez créateur et créature en même temps, artisan de votre propre expérience en devenir.

Vous prendrez alors conscience de ce qu’il faut réellement changer, non pas la nature ou votre environnement, mais simplement votre conscience de ce que vous êtes, au sein de cette nature. Votre regard sur ses mouvements, sur ses soubresauts ou ses réactions sans jugement de votre part changeront la nature même de votre relation.

Conscience, c’est le mot qui doit être votre guide pour l’heure. Vous êtes le gardien du rythme, le gardien de la relation. Si vous retrouvez votre place de gardien, vous saurez. Cela vous demande de reprendre vos connaissances de zéro. Oubliez un temps tout ce que vous avez appris intellectuellement pour juste écouter le rythme. Une fois le rythme perçu, et avec l’accord de l’être auquel vous voulez vous lier, vous pourrez le comprendre et apprendre. Seulement là, vous entrerez dans la danse de la Vie. Vous découvrirez ce que vous avez appris sous un autre jour, d’un point de vue totalement différent, remis en lumière dans le grand mouvement universel qu’est la Vie.

Vous découvrirez le renouveau, en acceptant de porter un nouveau regard à chaque instant sur tout ce qui vous entoure, un regard neuf, non pas empreint de vos connaissances passées, mais curieux de ce qui se présente à vous dans l’instant.

Ecoutez mes petits enfants, écoutez ce que la Vie peut vous apprendre, liez-vous à elle, non pas de manière intellectuelle, ni même sensitive, mais en ouvrant votre cœur en grand, et en écoutant son rythme. Alors vous deviendrez la Loi de la Création, Un avec tout ce qui est.

Je vous béni dans l’instant et dans l’amour de la reliance.

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

La nouvelle année

La nouvelle année

 

Ca y est, 2020 s’en va ! MERCI la Vie.

Demain va-t-il être différent ?

Non, si je suis la même, 2021 aussi sera la même.

Est-il nécessaire de prendre de bonnes résolutions ? Je prends le temps d’une pause pour sourire…

Il y a des choses que je voudrais faire évoluer dans ma vie. Je vais y aller pas à pas en me transformant de l’intérieur. J’ai commencé il y a 47 ans. Au début, je ne savais pas trop ce que je choisissais pour ma vie, alors j’avançais au « p’tit bonheur la chance » au gré des influences diverses qui me traversaient.

Maintenant, je choisis d’être moi, juste moi. Celle que je suis vraiment, sans masque et en toutes circonstances. Mais je reconnais que certains masques sont bien confortables ! Alors au lieu de les enlever, je les élime, je les affine, jusqu’à admettre qu’ils ne servent plus à rien. Je prends mon temps.

Parfois il m’arrive aussi de remplacer un masque par un autre, sans même m’en rendre compte – ou seulement plus tard. J’en rigole franchement ! Il y a certaines choses que j’ai vraiment du mal à ne pas cacher. Pas grave, c’est OK ! Ce sera pour plus tard, je vais encore cacher ce petit bout de moi un temps jusqu’à ce que je sois capable de l’aimer totalement lui aussi. Parce que finalement, il ne s’agit que de ça, dans mon choix d’être moi, juste de m’aimer totalement !

Alors voilà, ce soir à minuit on change d’année. Mais demain est juste vendredi, le lendemain de jeudi et la veille de samedi. On s’imagine parfois qu’une nouvelle année va tout changer, un nouveau départ, un nouveau nous. Pourtant la vie n’est que continuité.

Alors je voudrais juste vous souhaiter:

De goûter la magie de la Vie

Et l’ivresse de l’Amour

D’ouvrir des yeux émerveillés

Pour accueillir le monde

Pour vous accueillir

Chaque jour de votre Vie.

Soyez Vivants

Soyez vibrants

Soyez la Vie !

 

Prenez soin de vous

et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

L’être libre

L’être libre

IMAGE 1

IMAGE 2

 

IMAGE 3

Ce mois-ci le jeu change ! Si vous avez une question, prenez quelques inspirations pour vous recentrer, restez concentré sur votre interrogation quelques instants, puis choisissez une des trois images. Il vous suffit ensuite de cliquer dessus pour lire le texte qui correspond.

Si vous n’avez pas de question, profitez simplement du jeu et choisissez à travers une image le message qui vous correspond.

Si vous êtes curieux, lisez les trois messages, c’est un enseignement !

IMAGE 1 : ANCRAGE

Mes chers enfants. nous vous invitons à l’ancrage. Qu’est-ce que cela signifie ? Prenez quelques instant pour vous poser la question. Qu’est-ce qui dans votre vie vous permet de tenir, de garder la tête haute et d’être vous-même ? L’ancrage commence là. Dans cette partie de vous qui est inaliénable. Ensuite, demandez-vous s’il s’agit de quelque chose de constant ou de variable. Si votre ancre dépend d’une personne, qu’en sera-t-il si il ou elle sort de votre vie ? Alors réfléchissez à une valeur en vous à laquelle vous ne voudriez pas déroger. Ne portez pas de jugement sur ce qui vous vient à l’esprit. Il n’y a pas de mauvaise réponse, autorisez-vous à être vous-même à cet instant, en toute simplicité, c’est entre vous et votre âme. Vous avez votre valeur, celle qui vous tient le plus à cœur ? Que ferez-vous si la vie vous empêche d’exprimer et de vivre cette valeur qui vous semble essentielle sans que vous ayez la moindre possibilité de lutter ? Cela ressemble à un tableau dramatique, mais nous souhaitons vous emmener au-delà de votre mental, lorsque vous atteignez un espace où le sens même de ce qui vous faisait avancer semble inaccessible. Que vous reste-t-il ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir pendant ce mois, d’une manière douce et lumineuse, en descendant au plus profond de vous même pour y découvrir de qu’est l’Ancrage, pour que ce ne soit pas seulement un mot ou une phrase, mais bien un vécu de tout votre être.

 

IMAGE 2 : VERTICALITE

Mes chers enfants, nous vous invitons en ces temps troublés à vous tenir debout, aligné avec votre être divin. Soyez serein pour rayonner autour de vous cette verticalité qui fera de vous un être à part, dans le sens où vous ne serez pas conditionné par ce qui vous entoure. La verticalité suppose que vous acceptez ce qui se passe dans votre monde, que vous êtes conscient de votre impact sur toutes les décisions qui sont prises, mais que vous décidez de garder votre Essence au premier plan. Cela ne signifie pas désobéir par esprit de contradiction ou par choix critique, mais d’être ce qui est juste pour vous. Là encore, il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse, il y a votre réponse. Tenez-vous debout, droit et laissez vous envahir par l’énergie de la verticalité. Laissez-vous guider par l’essence même de votre divinité. Si la situation qui se présente à vous change vos plans, vous oblige à déroger à vos croyances, tenez vous debout, droit et laissez agir en vous la verticalité. A partir de cet état là, pour pourrez créer un nouveau plan, et l’adapter au fur et à mesure de l’évolution des événements autour de vous, en restant connecté à votre être divin. Soyez conscient de votre grandeur et fiers de qui vous êtes !

 

IMAGE 3 : AUTORITE

Mes chers enfants, je vous salue du fond des âges. Ancien je suis et toujours à vos côté pour vous guider. Je vous parle de l’autorité. Dans votre monde, l’autorité est toujours détenue par des personnes supposée supérieures aux autres hiérarchiquement, que ce soit dans une entreprise, en politique ou dans le cocon familial. La personne qui a l’autorité ordonne et le subalterne obéi. C’est mécomprendre de quoi il s’agit en réalité. L’autorité a pour vocation de faire grandir, d’accompagner ou de sublimer une situation ou un être. Vous comprenez alors que la véritable autorité a besoin d’amour pour être active. Ceci étant posé, je vous invite à faire preuve d’autorité envers vous-même. Faites-vous grandir, sublimez-vous en vous offrant l’amour dont vous avez besoin. Je vous demande de garder à l’esprit pendant ce mois la nécessité d’être autoritaire avec vous même. De vous aimer. De grandir. De choisir toujours ce qui vous prouve votre amour quelque soit les circonstances. Connectez-vous à votre cœur chaque jour, offrez vous cet amour chaque jour, et l’autorité que vous représentez de toute éternité comme être divin se manifestera naturellement. Aidez-vous, aimez-vous.

 

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

Le Cœur

Le Cœur

 

Ce message est pour tous et pour chacun individuellement.

Cher(e) enfant, Tu t’inquiètes toujours de ce qu’on va penser de toi sans voir que l’important est ce que TU penses de toi. Les autres ne sont qu’un miroir que tu t’obstines à croire vrai. Pourtant le seul regard qui compte est celui de ton cœur. Il ne juge pas. Il est, il aime, tout ce que tu es. Absolument tout, l’ombre comme la lumière, enfin unis dans un regard d’amour. Centre-toi dans ton cœur le plus souvent possible. Tu combleras ainsi toutes tes attentes, tous tes désirs, et les miracles pleuvront sur toi.

Ton cœur est ta plus grande force. Fais-toi confiance, fais lui confiance et avance fièrement à ta place souveraine. Salue la beauté en toi. Elle n’est pas le contraire de la laideur, elle est ton unité, quelle que soit ton apparence, quels que soient tes sentiments, la beauté est. Regarde la beauté en toi et laisse la être. Tu rayonneras ainsi ce que tu es pour ton plus grand bien. Regarde autour de toi la beauté sans jugement. Ton cœur sait voir. Demande et tu découvriras de nouveaux chemins de joie pour ton parcours terrestre. Va, ouvre ton cœur et vis !

Nous t’aimons, nous, les Anges et prenons soin de toi. Amen.

 

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

Regarder la Vie

Regarder la Vie

 

Bonjour mes bien-aimés enfants de Dieu. Je vous remercie de vos questions et de faire appel à nous dans vos vies. Sachez que nous sommes à votre écoute à chaque instant de votre vie et que vous pouvez nous demander de vous accompagner en conscience. Nous trouverons toujours le moyen de communiquer avec vous.

Je vous propose de vous asseoir un instant et de regarder la Vie. Pas seulement votre vie. Observez la Vie autour de vous. Quelle voie prend-elle à cet instant pour se manifester ? Que représentent toutes ces choses, objets ou êtres vivants, que vous observez ? La Vie se trouve même dans vos objets inanimés, dans vos créations, quelles qu’elles soient. Donc observez ce que vous avez créé autour de vous et l’énergie que cela vous apporte. Désirez-vous changer des choses ou au contraire préférez-vous que rien ne bouge ?Comment est-ce pour vous à cet instant ?

La Vie est respiration.

Avez-vous trouvé votre rythme, inspire, expire puis temps de pause ? A quelle phase de votre respiration en êtes-vous ? Combien de temps dure chaque phase pour vous ? En ce moment est-ce un mois, un an, ou cinq ans peut-être ? Et cela a-t-il toujours été ainsi ?

La Vie est mouvement.

Comment se manifeste le mouvement dans votre vie ? Où en êtes-vous avec votre corps pour donner du mouvement dans votre vie ? Est-ce fluide et facile ? Où en êtes-vous avec vos émotions pour donner du mouvement à votre vie ? Et avec vos pensées ? Où bloquez-vous ? Où doutez-vous ? La Vie ne doute pas. Elle est. Dans son grand mouvement, elle s’expanse dans une harmonie toujours renouvelée. Observez ce qui en vous s’expanse et ce qui stagne. Observez simplement sans juger, comme un naturaliste observe la nature autour de lui. Ainsi, apprenez à entrer dans le mouvement de la Vie.

La Vie est Amour.

L’Amour est le temps de la Création. L’Amour donne l’influx nécessaire à la création. Partout où vous aimez, vous êtes dans le mouvement de la Vie. Partout où vous vous aimez, vous êtes la Vie, harmonie et fluidité qui s’expanse de l’intérieur vers l’extérieur.

Apprenez la Vie en observant et en aimant. Prenez du recul pour mieux observer et pouvoir suivre le chemin intérieur de la Vie en vous. Posez ce regard aimant et sans jugement sur les événements de votre vie pour les laisser trouver leur mouvement propre.

Soyez la Vie.

Prenez soin de vous, prenez soin de la Vie. Nous vous accompagnons dans ce mouvement.

Soyez bénis dans la Lumière Divine.

Vos équipes d’Anges.

 

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !

La libellule et la dragonne

La libellule et la dragonne

Réponse aux questions posées pour le 7 août:

Mes chers enfants. Vous vous inquiétez. Cela semble légitime dans certains cas, on ne sait jamais ce que le futur nous réserve. Sachez que nous, Anges, vous accompagnons à chaque pas si vous le demandez. Nous serons toujours présents tant que vous nous accueillez dans vos vies.

Vos demandes aujourd’hui sont nombreuses et diverses et nous vous en remercions. Nous allons répondre à chacun dans votre cœur en vous partageant cette histoire.

Il était une fois une petite libellule nommée Rémi qui s’inquiétait de son avenir. Surprenant pour une libellule me direz-vous, n’est-elle pas censée voler, manger, se reproduire? Mais voilà, ce n’était pas une libellule comme les autres. Elle avait conscience qu’elle pouvait donner un sens à sa vie. Mais que faire quand on est libellule pour réussir ce challenge ? Elle essaya bien d’en parler autour d’elle au gré de ses rencontres en demandant à chacun quel était le but de leur vie. « Faire du miel » lui répondit l’abeille, « déployer mes ailes de papillon » lui dit la chenille, « voler, manger, me reproduire » lui dit encore la guêpe. Tous semblaient d’accord que cette question n’avait pas beaucoup de sens et Rémi se sentait perdu. Pourquoi était-il le seul à se poser ce genre de question ? C’était venu d’un coup, un matin, au lever du soleil. Il s’était senti tellement bien à sentir la chaleur sur ses ailes que soudain il en voulut plus. Il se dit qu’il voulait vivre chaque instant de sa vie aussi intensément que ce matin là, avec le même bonheur au cœur.

Alors pour trouver ce bonheur, il décida qu’il lui faudrait une compagne, une belle libellule qui lui soit fidèle. Il ne voulait plus s’accoupler au gré de ses rencontres, il voulait quelque chose de plus, un sentiment qu’il n’arrivait pas encore à définir. Mais il faudrait aussi que dame libellule veuille donner un sens à sa vie, comme lui. Alors à chaque femelle qu’il rencontrait, au lieu d’entamer avec elle une danse de séduction, il lui parlait de la chaleur du soleil sur ses ailes ce matin là, de l’importance d’être heureux et comment le rester toute sa vie de libellule. Mais clairement ces dames n’étaient pas très réceptives. A partir du moment où elles comprenaient qu’il ne s’accouplerait pas avec elles, elles le dédaignaient et le plantaient là avec ses rêves incompréhensibles. Rémi pensa baisser les ailes, renoncer à ce rêve mais il ne voulait pas abandonner l’idée du bonheur. Il en était là de ses réflexions quand il se retrouva face à une immense dragonne d’eau. La bête était énorme par rapport à lui, mais il perçut qu’elle le regardait d’un œil doux et profond. Rémi se posa sur une feuille non loin d’elle et lui rendit son regard. « Quelle drôle de rencontre » songea-t-il.

Soudain, il entendit la voix de la dragonne dans sa tête. Les animaux communiquent plutôt par images et même s’il savait cela possible, son premier réflexe fut de fuir. La dragonne se tut et attendit, toujours posant sur lui ce regard apaisant. Alors il se raisonna. Cet animal, même énorme, était végétarien, il le sentait. Il ne risquait rien. Ce n’était pas un oiseau ou un prédateur. Mais cette voix ! Elle était tellement grave et profonde qu’il s’était senti vibrer de la tête jusqu’au bout de ses pattes.

« Bonjour, lui dit la Dragonne lorsqu’il fut revenu sur la feuille. Je m’appelle Eludil. Tu me sembles bien perplexe pour une libellule. Que t’arrive-t-il ? »

Rémi la regarda, interdit. Comment savait-elle ce qu’il se passait dans son esprit ? Comment avait-elle pu sentir ses doutes et ses peurs, elle, la dragonne que rien ne devait effrayer ? Il réalisa soudain qu’il la regardait la gueule ouverte et il saisit un éclair d’amusement dans le regard d’Eludil. Il se reprit, essaya de trouver une pose qui le mettait en valeur et lui répondit :

« Bonjour Eludil, je m’appelle Rémi et je cherche le bonheur.

– Quelle merveilleuse quête, lui répondit-elle. Et où le cherches-tu, ton bonheur ?

– Et bien… » hésita-t-il un peu gêné. Il se demandait ce que la dragonne penserait de son idée de la fidélité. « J’aimerais trouver une compagne libellule qui me ressemble, voir mes petits grandir et leur apprendre ma façon de voir la vie.

– Ça alors ! Tu es la première libellule que j’entends réfléchir ainsi. Et pourtant j’en ai vu des libellules en mille ans d’existence. Comment en es-tu arrivé à te dire qu’il te fallait une seule compagne ? Ce n’est pas dans ta nature. »

Rémi ne savait que répondre. Il avait toujours été observateur. Il avait ainsi remarqué que certains animaux étaient plus fidèles et l’idée lui avait plu. Il réalisa soudain qu’avoir une seule compagne toujours présente à ses côtés lui permettrait de ne plus devoir chercher à s’accoupler, de ne plus se demander s’il aurait la chance de trouver une femelle pour satisfaire ses besoins. C’était ça « le plus » qu’il voulait : ne plus avoir peur de ne pas trouver ce dont il avait besoin.

Eludil l’observait de son regard doux et profond, suivant avec intérêt les méandres de ses réflexions. Rémi s’en rendit compte. Il lui demanda:

– N’as-tu jamais peur, toi qui es si puissante et que rien ne peut arrêter ?

– J’ai des limites, comme tout le monde. Et j’ai eu peur autrefois. Lorsque nous étions en guerre avec les hommes, j’avais peur pour mes enfants, pour mon peuple. Je me demandais quel avenir la vie allait bien pouvoir leur réserver.

– La guerre avec les hommes ? interrogea Rémi. C’était donc vrai.

– Hélas, oui ! Et nous ne sommes plus que quelques dragons éparpillés de par le monde. C’était il y a bien longtemps, dans ma jeunesse. Et tous mes dragonneaux ont été tués.

– Mais c’est affreux ! dit-il la regardant, désespéré. Puis il ajouta : tu as des prédateurs toi aussi ?

– Notre race s’éteint. Je suis la dernière dragonne d’eau. Je voulais le bonheur moi aussi, pour moi, pour les miens. J’en voulais plus et je me suis jetée à corps perdu dans la bataille. Nous perdions du territoire et je voulais de l’espace pour mes petits. Je voulais qu’ils puissent vivre, manger et se reproduire en toute liberté. J’y ai travaillé d’arrache pied, y donnant toute mon énergie, mes crocs et mes griffes. Pour rien. Même pire: j’ai tout perdu.

– Mais alors, lui dit Rémi songeur, tu n’as pas trouvé le bonheur que tu cherchais ? Est-ce une quête vaine ?

– Oh si, j’ai fini par le trouver. J’ai passé un pacte avec les hommes pour avoir un territoire qui me convienne, qui ne les empêche pas de s’expanser comme ils le veulent et je crois qu’il ont fini par m’oublier. J’ai mis deux siècles à me remettre de mes blessures physiques et morales. Je n’avais plus rien à perdre, mais plus personne non plus à qui parler, avec qui jouer, folâtrer. Plus personne à aimer.

– Aimer ? demanda la libellule.

– Comme cette compagne fidèle que tu souhaitais. C’est de l’amour. Un sentiment qui te porte et t’enthousiasme. Un sentiment qui te fais sentir vivant. Si je l’avais compris plus tôt, je ne me serai pas autant battue.

– Pourquoi ? Ce n’était pas de l’amour de te battre pour les tiens ?

– Non, c’était de la vengeance, de la rage et du désespoir. Mais pas de l’amour. Ce que j’ai fini par comprendre, c’est que j’ai attiré cette situation de guerre. Je n’étais pas mauvaise, juste décalée de moi. Et à trop chercher ce bonheur dans ma descendance, dans la nourriture, dans la satisfaction de mes désirs, je suis devenue quelqu’un qui passe à côté de sa vie.

– Mais alors, où dois-je le chercher le bonheur ? S’il n’est pas dans le partage d’une vie avec une jolie libellule fidèle, dans la sécurité d’une nourriture abondante, dans la joie de voir ses petits grandir et envahir le monde, où est-il ?

– Dans ton cœur. Quand tu arrêtes de douter et que tu fais tes choix. Quand tu laisses la vie te guider. Quand tu laisses le soleil te réchauffer et les êtres qui te ressemblent venir à toi.

– Tu crois qu’on se ressemble ? lui demanda Rémi. Cette idée était vraiment amusante, lui si petit et elle tellement immense.

– Oh oui ! On se ressemble. Moi aussi j’ai cherché ce « plus » dans ma vie. J’ai capté ça quand je t’ai vu et je me suis dit qu’en te parlant de mon expérience, je te ferai peut-être gagner du temps.

– Je te remercie, je vais réfléchir à tout ce que tu m’as dit. Est-ce qu’on pourra se revoir ?

– Je ne bouge plus trop de ce lac maintenant. Chaque fois que tu voudras me voir, viens te poser sur cette feuille et pense fort à moi, je sentirai ta présence.

– Merci Eludil, je suis vraiment touché que tu aies pris du temps pour moi.

– Cela m’a fait plaisir. Maintenant, je vais chercher de quoi manger, c’est un plaisir sans pareil de dénicher mes plantes favorites. A bientôt Rémi, prends soin de toi !

– A bientôt Eludil ! Et merci pour tout.

Et il s’envola. Eludil l’observa encore un instant. Son vol semblait un peu plus assuré, même s’il était encore perplexe. Quel drôle de petit être ! Si elle avait pu imaginer un jour philosopher avec une libellule, à coup sûr elle se serait traitée de folle !

Rémi, lui ne savait que penser. Mais il réalisa que la faim le tiraillait aussi se mit-il en chasse. Il prit un plaisir intense à pourchasser quelques mouches et fourmis volantes et réalisa soudain que s’il essayait de faire un élevage de mouche comme il l’avait imaginé un moment, jamais il ne pourrait prendre autant de plaisir ! Il en était là de ses réflexions quand une magnifique femelle s’approcha de lui. Il entama une danse de la séduction avec elle et un grand bonheur l’envahit quand ils s’accouplèrent. Il n’en revenaient pas. Il se sentait aussi bien que ce matin là, au soleil, en faisant exactement ce qu’il était censé faire, voler, manger et se reproduire. Mais pourquoi avait-il voulu plus ? Il se sentit apaisé. Il repensa à Eludil, vola au dessus du lac en rase motte – une sensation délicieuse décidément – et il pensa très fort : « Eludil, j’ai compris ! »

 

Les réponses à vos questions se trouvent là, dans la présence à ce que vous faites. Etes-vous totalement en accord avec qui vous êtes dans vos choix ou cherchez vous en plus car vous avez peur – de manquer, de ne pas bien faire, de ne pas être parfait(e) ? Que choisissez-vous de vivre et comment ? Faites confiance à la vie et chaque acte que vous poserez sera le bon, et chaque choix que vous ferez vous mènera dans la meilleure direction pour vous.

Je vous propose, moi, Ange Diri, de vous accompagner chaque jour de cette semaine puisque vous avez fait une demande particulière. Pour cela, appelez-moi le matin à votre réveil. Appelez-moi dans la journée si vous vous sentez en difficulté. Prenez trois grandes inspirations, posez-moi votre question, en rapport avec la demande initiale et je vous guiderai dans vos choix.

Souriez à la vie, remerciez de ce qu’elle vous offre chaque jour, même si un moment cela ne vous semble pas suffisant. Aidez-vous, aimez-vous !

Soyez bénis dans le cœur des Anges !

Ange Diri

Et que la Lumière nous accompagne pas à pas !